4ème chakra, le thymus

Ce chakra se situe légèrement en-dessus de la poitrine au centre du corps, sa couleur est le vert.

Selon les traditions hindoues yogiques, shakta et tantriques bouddhistes, Anahata ou chakra du cœur est le quatrième chakra primaire. En sanskrit, anahata signifie « indemne, non frappé et invaincu ». Anahata Nad fait référence au concept védique du son non frappé (le son du royaume céleste). Anahata est associé à l’équilibre, au calme et à la sérénité.

En sanskrit, Anahata signifie « son produit sans toucher deux parties » et en même temps cela signifie « pur » ou « propre, inoxydable ». Le nom de ce chakra signifie l’état de fraîcheur qui apparaît lorsque nous sommes capables de nous détacher et de regarder les expériences de vie différentes et apparemment contradictoires avec un état d’ouverture (expansion). Normalement, nous ne sommes pas habitués à l’effet produit par la confrontation des deux forces opposées. Au niveau d’Anahata chakra apparaît la possibilité d’intégrer les deux forces opposées et d’obtenir l’effet (sonore, dans ce cas), sans que les deux forces ne s’affrontent (sans toucher des deux parties). Cette énergie est propre à la coopération et à l’intégration, qui apporte la paix et une nouvelle perspective dans un monde qui, jusqu’à ce niveau n’était fait que d’un confrontation plus ou moins consciente entre des forces opposées. Le nom Anahata suggère, en effet, l’effet synergique de l’interaction des énergies à ce niveau.

Anāhata chakra est le centre de la compassion. C’est le chakra de la charité sans égoïsme. Les actes désintéressés qui contrent la nature basse, notamment due à l’inertie et à la possession personnelle (les tamas et les rajas), sont créés grâce à anāhata chakra.

Pour la science, le thymus est une glande située devant la trachée. Il joue surtout un rôle pendant la croissance en fournissant l’organisme en cellules immunitaires. Son activité et sa taille sont maximales au cours de la puberté, avant d’involuer à l’âge adulte. Le thymus joue un rôle très important dans la mise en place du système immunitaire chez l’enfant en assurant la maturation des lymphocytes T aussi appelés thymocytes.

En médecine chinoise, c’est une glande qui fait office de passerelle hormonale entre le corps et le cerveau. Masser ce point déclenche ainsi une libération des endorphines, l’hormone qui intervient dans le circuit de la récompense et du plaisir : elle agit notamment sur les douleurs et l’anxiété. C’est pour cela qu’on le surnomme “le point du bonheur” ! Mais le massage du thymus permet aussi de stimuler le système immunitaire. Il fait d’ailleurs partie des massages japonais ancestraux issus du qi gong, qui lui accordent des vertus thérapeutiques.

Photo par Robert Collins